La libération

Nelson Mandela libre avec son épouse Winnie ©Reuters

Nelson Mandela libre avec son épouse Winnie
©Reuters

Nelson Mandela souffre de tuberculose. La crainte de voir Mandela mourir en prison répand la panique dans le gouvernement. En effet, celui-ci pourrait être accusé du meurtre de Nelson Mandela par l’opinion public et voir le soulèvement de la population noire s’intensifier d’avantage. Il est alors transferé dans une maison en résidence surveillée équipée de nombreux micros. Nelson Mandela poursuit ses offres de paix avec le gouvernement et le président, les autres prisonniers sont vite relâchés. Le nouveau président, De Klerc, prend la décision de libérer Nelson Mandela sans contreparties le 11 février 1990.

Le jour de sa libération, Nelson Mandela fait un discours depuis le balcon de l’hôtel de ville du Cap. Il y déclare son engagement pour la paix et la réconciliation avec la minorité blanche du pays, mais annonce clairement que la lutte armée de l’ANC n’est pas terminée.


Discours de Nelson Mandela le jour de sa libération ©INA

Le 26 février 1990, Nelson Mandela demande à ses partisans :

« Jetez dans la mer vos fusils, vos couteaux et vos machettes »

Frederik de Klerk with Nelson Mandela -  1992

Frederik de Klerk avec Nelson Mandela – 1992 – © World Economic Forum / license Creative Commons

Mandela et Klerk travaillent ensuite au maintien de la paix civile en Afrique du Sud et à l’instauration d’un régime de transition suivant la fin officielle de l’apartheid, le 30 juin 1991. En 1993, tous deux reçoivent le prix Nobel de la paix pour leurs actions.


Klerk et Mandela travaillent ensemble contre l’apartheid ©INA

Mais la situation en Afrique du Sud reste tout de même extrêmement instable… La lutte de Nelson Mandela doit continuer.


1990 – Violence au Cap ©INA