Sur la scène internationale

Médiateur pour la paix au Burundi
Lettre de Mandela à Kofi Annan

Lettre de Mandela à Kofi Annan

En février 2000, Nelson Mandela devient médiateur pour la paix au nom de l’Organisation des Nations Unies au Burundi qui est touché par une guerre civile et un génocide ayant fait des dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de réfugiés. Il remplace le président tanzanien Julius Nyerere, mort peu avant, et qui avait commencé des négociation en 1998. Quelques mois plus tard, le 28 août 2000, l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi paix est signé.

En mars 2001, suite à la décision de trois gouvernements africains d’envoyer des troupes de maintien de la paix au Burundi, Nelson Mandela écrit à Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies. Il y indique que, bien que la Belgique ait accepté de prendre en charge les coûts engendrés, il souhaite que l’ONU couvre les éventuelles sommes restantes.
Il ajoute que malgré les avancées obtenues à la table des négociations, les tueries continuent.

“Nous avons organisé l’envoi de troupes [d’Afrique du Sud, du Ghana et du Nigeria] au Burundi afin de mettre fin au massacre de civils innocents.”

Extrait de la lettre de Nelson Mandela à Kofi Annan

Lorsque le Président Jacob Zuma lui succède en octobre 2001, Mandela continue à apporter son soutien et ses conseils.

Mandela refuse ensuite d’être médiateur au Kosovo et en République démocratique du Congo mettant en avant son âge avancé face au poids de négociations extrêmement fatigantes.