Vers la radicalisation

Nelson Mandela brûle son passeport intérieur.

Nelson Mandela brûle son passeport intérieur.- Domaine public/Auteur inconnu

En arrivant à Johannesburg, Nelson Mandela subit un véritable choc culturel et prend pleinement conscience des conditions de vie du peuple noir. Il trouve un travail comme employé dans un cabinet d’avocat grâce à ses relations avec son ami et mentor Walter Sisulu, et vit dans un quartier populaire de la ville.

C’est en 1944 que Nelson Mandela rejoint le Congrès national Africain, il devient un des leaders de la jeune et radicale Ligue de jeunesse de l’ANC menée par Anton Lembede, Walter Sisulu et Oliver Tambo. Plus radicale que son aînée dans son mode d’expression, cette branche est partisane de manifestations de masse pour faire céder le pouvoir politique blanc.

En 1947, L’ANC se rapproche de l’importante communauté indienne en s’alliant au Congrès indien du Natal et au Congrès indien du Transvaal afin de jeter les bases communes d’une formation unie en opposition au gouvernement. C’est également cette année-là qu’il épouse Évelyne Mase, avec qui il aura une fille (Makaziwe) et deux fils (Thembi et Makgatho, décédé du sida en 2005).

En 1952, Nelson Mandela est élu président de l’ANC du Transvaal et vice-président national. Il mène avec l’ANC, une campagne de défiance qui milite pour une désobéissance civile contre les lois considérées injustes. Lors de la manifestation du 6 avril 1952, huit mille cinq cents manifestants sont arrêtés, y compris Nelson Mandela. La campagne continue en octobre avec des manifestations contre les lois de ségrégation et contre le port obligatoire de laissez-passer pour les Noirs.

Nelson Mandela et son ami Oliver Tambo créent le cabinet d’avocats « Mandela & Tambo » la même année. Ce cabinet fournit un conseil juridique gratuit ou à bas coût pour les nombreux Noirs qui ne peuvent payer les frais d’avocats.

Le 14 juin 1958, après avoir mit fin à son premier mariage, il épouse la fougueuse Winnie Madikisela qui lui donnera deux filles, Zenani (1959) et Zindziswa (1960). Travailleuse sociale et militante, elle sera très vite impliquée aux côtés de Mandela dans la lutte contre l’Apartheid.